Togo: 5 policiers grièvement brûlés dans un accident

3 des 5 policiers brûlés dans une course poursuite sont entre la vie et la mort. Leur véhicule est tombé dans un caniveau et a pris feu.

La vente de l'essence frelatée aux abords des principales artères de Lomé et de ses environs continue bel et bien. Une activité illégale à laquelle s'adonnent de plus en plus de Togolais pour leur gagne pain quotidien.

tg policiers brulees df707Le véhicule des policiers

 



Pourtant, l'activité est interdite par les autorités sur toute l'étendue du territoire. Et pour mener le combat afin de décourager les commerçants de ce liquide très inflammable, le Togo a mis en place une opération dénommée "Entonnoir".

Les policiers de cette opération ne donnent pas de répit aux vendeurs de l'essence illicite. Seulement, la course poursuite entre vendeurs de "Boudè" comme on l'appelle communément au Togo et policiers s'est terminé par un drame le week-end dernier.

Une fourgonnette de policiers qui pourchassait des vendeurs illicites a fini sa course dans un grand caniveau. L'accident très grave, s'est produit, dans un caniveau, sous les poteaux à hautes tensions électriques du grand contournement de Lomé. Le véhicule prend aussitôt feu.

La scène est horrible. Le bilan est lourd : 5 policiers grièvement brûlés et évacués en urgence. Aux dernières nouvelles, deux sont morts. Selon des sources au ministère de la Sécurité, les trois autres brûlés sont entre la vie et la mort.

Réactions

Le drame n'a pas laissé indifférent le Mouvement Martin Luther King (MMLK) du pasteur Edoh Komi. Dans un communiqué rendu public lundi, le mouvement voit derrière la traque contre les vendeurs d'essence frelatée, la main des compagnies pétrolières.

"L'intensité et l'ampleur des dérives avec l'usage disproportionné de la force dans l'opération Entonnoir ces derniers temps, seraient dictées par un contrat entre l'État et les compagnies pétrolières du Togo qui entendent préserver le monopole du secteur et étouffer toute concurrence que constituent les vendeurs ambulants du carburant." Le MMLK compare même l'opération Entonnoir à un "escadron de morts", tout en condamnant le commerce illicte. Le MMLK considère que, l'opération a échoué. Elle est, par conséquent, appelée à disparaître pour laisser la place à des méthodes "saines et républicaines".

Cette sortie du MMLK, rejoint celle qui a été déjà faite par l'Association des victimes de torture au Togo (ASVITTO) dans un autre communiqué pour condamner l'opération Entonnoir.

Rappelons que, il y a plusieurs mois, l'Office togolais des recettes avait fait savoir que le commerce illicite du carburant causait une perte d'au moins 20 milliards de francs CFA au Togo.