Une série d'incendies crée la psychose au Sénégal

Les autorités sénégalaises sont sur le qui-vive depuis quelques jours. Une inquiétante série d'incendies secoue le pays depuis une semaine.

Tout a commencé le samedi 08 avril aux aurores. La partie du marché central de Kaolack (189 kilomètres de Dakar) dénommée marché "ZINC" prend feu et 1000 mètres carrés de cantines sont consumés. L'incendie a pour origine l'explosion d'une bonbonne de gaz. Bilan : plusieurs dizaines de cantines et 500 millions de francs CFA de perdus (762.246 euros).

sn serie incendie 170417 be8a0


Le lendemain, 4310 hectares ont été brûlés par des feux de brousse qui se sont déclarés dans le ranch de Dolly. Dolly est un espace vert, domaine de l'État, exclusivement dédié au pâturage et situé à 419 kilomètres de Dakar. Les flammes ne seront éteintes que mardi, à 2h25mn. Trois jours de feu. Il a fallu, pour y arriver, mobiliser notamment 2 camions-citernes de 6m3, 4 véhicules légers de 1000 litres et un autre véhicule léger venant de Kaffrine. L'opération a mobilisé 890 litres de carburant. L'origine des flammes demeurre inconnue.

Vingt-quatre heures plus tard, le mercredi, un drame se produit au niveau de Medina Gounass (Velingara, 488 kilomètres de Dakar). Un rassemblement religieux appelé "Daaka" enregistre un feu d'une rare intensité. Plusieurs milliers de fidèles étaient sur les lieux de la retraite spirituelle. À ce jour, 25 morts et une centaine de blessés sont dénombrés. L'origine serait encore une bonbonne de gaz ayant explosé. Le président Macky Sall s'est rendu sur les lieux vendredi et a décrété trois jours de deuil national.

L'après-midi du même vendredi 14 avril, tour à tour, quatre feux sont déclarés dans différents points du pays. La psychose s'installe. C'est le foirail de Sicap-Mbao (Dakar) qui prend feu en premier. Aucune perte en vie humaine n'est notée, mais des dizaines de millions de francs CFA sont perdus. À Ndoffane (région de Kaolack), une maison part en fumée. À Sebikotane dans la périphérie dakaroise, un véhicule prend feu en pleine route nationale, provoquant cinq heures d'immobilisation du trafic routier.

À Saint-Louis (254 kilomètres de Dakar), la station d'essence du quai de pêche de l'hydrobase s'enflamme à son tour. La veille déjà, dans le quartier mitoyen à l'hydrobase et nommé Darou, six maisons avaient été réduites à néant par un feu.

L'État rassure

L'État du Sénégal, à travers la direction de la protection civile, s'est voulue rassurante, faute de pouvoir parer aux incendies. Le chef de service, le commandant Aly Cisse, demande aux témoins d'un incendie de garder leur calme donc, mais aussi "de donner l'alerte rapidement, de ne pas essayer de jouer aux héros, de s'allonger sur le sol pour essayer de respirer le plus longtemps possible, en cas de difficulté à sortir du lieu touché - il y a souvent de l'air frais au sol, utiliser un tissu mouillé à mettre devant le nez ou la bouche pour permettre une meilleure respiration".

Le commandant Cissé demande aussi de "ne pas essayer d'utiliser les ascenseurs s'il y en a", de rejoindre le point de rencontre ou de regroupement indiqué par les secouristes. Sur place, s'empresse d'ajouter le pompier, "voir si votre ami ou voisin qui était à coté de soi est là ou non. Cela permet de voir si quelqu'un a été oublié ou non dans le lieu du sinistre".