Le Burundi frappé par des inondations

Les pluies diluviennes ont fait 8 morts et causé d'énormes dégâts. Un bilan provisoire. Les inondations relancent le débat sur les constructions anarchiques.

8 morts et plus de 300 maisons détruites, tel est le bilan provisoire de fortes pluies qui se sont abattues sur le pays dans la nuit de jeudi à vendredi. Le ministre des Travaux publics met en garde les propriétaires d'habitations illégalement construites.

brd innondation 170317 de464


Parmi les 8 victimes, figurent 5 personnes d'une même famille de la commune Mabayi. C'est en commune Mabayi de la province Cibitoke ( à l' ouest du Burundi), suite à un glissement de terrain ayant emporté trois enfants ainsi que leurs parents . Deux autres ayant laissé leur vie lors de ces pluies sont de la province Muyinga, au nord du Burundi, à cause d'un glissement de terrain dans une d'or. Un militaire est également mort en zone urbaine de Kinama emporté par les eaux.

Le bilan provisoire fourni par la police nationale met en relief plusieurs maisons détruites, avec des ponts et des routes impraticables. Deux zones du nord de la capitale Bujumbura ont été les plus affectées. La zone urbaine, la zone Buterere où 125 maisons ont été détruites et Kinama avec 37 maisons détruites et d'autres inondées.

La route nationale numéro 1 reliant la capitale aux provinces du nord et du centre du pays a été coupée par une forte érosion prenant source dans les montagnes surplombant Bujumbura. La route nationale numéro 5 reliant la capitale aux provinces de l'ouest du pays ,surtout vers la province Cibitoke a été obstruée au niveau de la localité appelée Nyamitanga.

Pierre Nkurikiye, porte-parole de la police nationale, l'institution qui compte en son sein la police de protection civile et de gestion des catastrophes naturelles, indique en outre que plusieurs champs de culture ont été endommagés sans plus de détails. Les provinces Muramvya (au centre), Bujumbura (à l'ouest) ont aussi été touchées par ces fortes pluies tombées dans la nuit de jeudi à vendredi.

Une mise en garde

D'énormes dégâts de ces pluies diluviennes ont attiré l'attention de certaines autorités du gouvernement burundais, notamment celle du ministre des Travaux publics. Il s'est rendu vendredi dans les deux zones urbaines, très affectées. Jean-Bosco Ntunzwenimana a constaté que les rivières traversant le nord de la capitale, les grandes canalisations ont débordé, causant ainsi inondations et destructions. Pire encore, regrette Mr Ntunzwenimana, ce sont des habitations illégalement construites. Il promet des sanctions.

Face à une telle situation, le patron des travaux publics n'a pas caché son amertume quant aux autorités communales qui laissent pousser comme des champignons des constructions sans se soucier des conséquences. Les rescapés de la catastrophe naturelle ont été rassemblés dans des écoles de la localité où l'assistance en vivres comment à se mettre en place.

Pour rappel en 2013, le nord de la capitale avait sérieusement tété ouché par des eaux provenant des montagnes de la province Bujumbura, emportant tout à son passage avant de provoquer des dégâts au quartier Carama en zone urbaine de Kinama. La rivière Gasenyi avait dévié de son lit. Protéger ces montagnes en y plantant des arbres afin d'éviter l'érosion, est l'une des ébauches de solution prônée par le ministre.