Bénin: le vodoun à l’honneur

10 janvier, c'est la fête du vaudou au Bénin. Une fête célébrée sur tout le territoire national. Les adeptes du Vodoun sont encore au rendez-vous.

Jour spécial, accoutrement spécial. Les adeptes de Vodoun sont dans leurs apparats des grands jours. Tout de blanc vêtus, bien parfumés, des perles de toutes les grosseurs au cou, au bras et aux pieds rehaussent la beauté des adeptes de la divinité Mamiwata (déesse de la mer). Ils célèbrent dans leur couvent à Maromilitaire à Cotonou, un jour dédié aux divinités vodoun au Bénin.

bn hs vodoun f3892

Cette fête qui est à sa 24e édition, est célèbrée dans tout le pays. Les manifestations officielles de cette année se déroulent dans le tri-Agonli, une localité située à près de 250 kilomètres de Cotonou. Ici, toutes les divinités se sont donné rendez-vous pour une démonstration de force.

Le Sakpata, le Dokounon, le Hêviosso sous plusieurs facettes, le Ninsouwé Le tron, le Zangbéto, le Kokou, et bien d'autres ont répondu présents. Toutes les populations du tri-Agonlin à savoir, Covè, Ouinhi, Zagnanado sont mobilisées pour assister à la cérémonie.

Pour les adeptes de Vodoun, cette localité n'a pas été choisie au hasard. « Nous sommes, dans un contexte de Vodoun, et quand on prend le tri-Agonlin : Covè-Ouinhi-Zagnanado, c'est le bassin même du culte traditionnel vodoun et pas n'importe lequel. Donc, il y a beaucoup de choses à présenter à la nation et au monde, » explique Arsène Dossou-Hountondji, porte-parole du dignitaire Dah Gbèdiga.

Touristes

La prière des dignitaires pour recevoir la bénédiction des ancêtres, a lancé les manifestations. Le résonnement des gongs et des tams-tams propulsent dans le cercle les adeptes qui esquissent des pas de danse. En transe ou bien lucides, les adeptes dansent de toute leurs forces. Tour à tour, les groupes d'adeptes prennent d'assaut l'espace qui leur est réservé et font leur démonstration. Installés sous de grandes bâches, les dignitaires de Hêviosso, dieu du tonnerre, de Sakapta, dieu de la terre, de Mamiwata, déesse de la mer, de Gambada, dieu de la richesse, de Zangbéto, gardien de nuit observent leurs adeptes danser.

« C'est le jour où chaque dignitaire, chaque adepte rend hommage à sa divinité à travers des offrandes accompagnées de danses et d'animations. C'est un grand moment de retrouvailles, l'occasion de voir tous les Vodoun ensemble, » déclare le dignitaire Adanyroh Guindéhoungue Agassa.

Epatés, les touristes et autres immortalisent les grands de cette cérémonie. « Je suis venu pour ça et je peux vous dire que je ne suis pas déçu. C'est merveilleux tout ce qui se passe ici,» explique Patrice Ménager, touriste français.

Les Vodounsi, noms donnés aux initiés, dansent au son des tam-tam et des gongs, suivant des rythmes propres à chaque divinité. Ces hommes, femmes et enfants sont reconnaissables à leurs habillements et parures de colliers et bracelets, aussi propres à chaque culte.

Férié

Hors de la localité, plus précisément à Godomey situé à quelques kilomètres de Cotonou, les adeptes de Vodoun qui ne se sont pas rendus sur les lieux de la manifestation officielle fêtent aussi. Des jeunes gens et femmes au corps recouvert de farine mélangé à l'huile rouge, le raphia à la hanche, dansent et se roulent par terre. Certains se déchirent le corps avec des tessons de bouteilles, d'autres se lacent le corps avec de couteaux. Eux, ce sont des adeptes de la divinité Kokou (une divinité de la terre) qui démontrent au public leur puissance. « Tout le monde ne peut pas se rendre à la manifestation officielle. Car, il faut des gens pour animer les couvents à la base, » précise Aimé Dansou, dignitaire de la divinité Kokou.

Par cette fête les adeptes du Vodoun démontrent au monde entier que le Bénin est le berceau de cette religion bâtie autour des forces de la nature (l'eau, le feu, l'air et la terre) et du culte des ancêtres qui interviennent depuis l'au-delà. « Les Vodoun sont des esprits qui sont partout. A travers ces esprits divinisés, rassemblés dans un panthéon vaudou, les initiés communiquent un dieu, » explique Aimé Dansou, dignitaire de la divinité Kokou.

La fête du vodoun est récente. Elle a été instituée en 1994 par l'ancien président de la République Nicéphore Dieudonnée Soglo, puis transformée en jour férié en 1998 par le président Mathieu Kérékou. Depuis lors, cette fête est célébrée avec faste dans tout le pays.