Après la mutinerie, Alassane Ouattara fait le ménage au sein de l'armée

Alassane Ouattara a limogé lundi dans la soirée, la chaine de commandement de son armée. Le président ivoirien a aussitôt procédé à leur remplacement.

Le chef d'Etat-Major, le général de corps d'armée, Soumaïla Bakayoko, ex-patron des forces nouvelles, le commandant supérieur de la gendarmerie nationale, le général de corps d'armée Gervais Kouakou Kouassi et le directeur général de la police nationale, l'administrateur général de corps de police Bredou M'Bia, ont été relevés de leurs fonctions par le chef de l'Etat Alassane Ouattara, soit 48 heures après la mutinerie des soldats sur l'ensemble du territoire national.

rci alassane ouattara commandeur bee3cAlassane Ouattara - archives

Dans un communiqué rendu public par Amadou Gon Coulibaly, secrétaire général de la Présidence de la République et qui n'évoque pas les raisons de leur limogeage, Alassane Ouattara, chef suprême des armées, remerciant ses généraux pour les services rendus à la Nation, a aussitôt procédé au remplacement de cette chaine de grand commandement de son armée.

« Le Président de la République a également procédé à la signature de trois autres décrets portant nominations : du général de division Sékou Touré en qualité de chef d'Etat-Major général des forces armées de Côte d'Ivoire, du général de brigade Nicolas Kouadio Kouakou en qualité de commandant supérieur de la gendarmerie nationale et du commissaire divisionnaire major de police Youssouf Kouyaté, en qualité de directeur général de la police nationale », précise le document.

Cette décision d'Alassane Ouattara Donne suite aux préoccupations des soldats mutins qui avaient parmi leurs exigences demandé le départ du chef d'Etat-Mamor général de l'armée, Soumaïla Bakayoko.

Le rôle joué par le RDR d'Alassane Ouattara

Déjà dimanche 08 janvier, après le retour au calme, le Rassemblement Des Républicains (RDR) d'Alassane Ouattara dénonçait un dysfonctionnement dans la chaine de commandement de l'armée.

Son porte-parole, Joël N'Guessan estime que les responsables des différents commandements n'ont pas suffisamment joué leur rôle.

« Pourquoi les soldats sont obligés d'avoir recours au chef suprême des armées, le Président Alassane Ouattara, pour trouver une solution à leurs problèmes de primes ? N'ont-ils pas d'interlocuteurs directs capables de donner des réponses satisfaisantes à leurs préoccupations liées à leurs conditions de travail ?
Que vaut la chaîne de commandement au sein de notre Armée quand les soldats sont obligés de se mutiner pour trouver solution à leurs problèmes ? » s'est-il interrogé avant d'ajouter « il y a eu défaillance dans la chaîne de commandement et de décision. Certaines personnes n'ont pas joué leurs rôles et / ou n'ont pas suffisamment pris leurs responsabilités. Et de par leurs fautes, la stabilité et la paix sociale de notre pays ont été menacées ces derniers jours ».

Fort de ce soutien, Alassane Ouattara n'a pas eu de peine à prendre cette décision pour afficher sa détermination à donner suite aux préoccupations de ses soldats.