Sénégal: Aliou Sall, le frère du président à la Caisse des dépôts

La nomination du frère du président du Sénégal au poste de DG de la Caisse de dépôts relèverait d'une stratégie visant à préparer la présidentielle de 2019.

Polémiques
Depuis l'annonce de sa nomination, Aliou Sall concentre les critiques de l'opposition et attire la sympathie des gens du pouvoir, lui qui était inconnu il y a quelques années. Le cumul des postes d'Aliou Sall, maire, président de l'association des maires du Sénégal et désormais à la tête de la Caisse des dépôts, devient du pain béni pour ses pourfendeurs. "Nous assistons à une mise en place d'une dynastie autour de la famille du président et de son épouse", déclare Babacar Gaye, porte-parole du Parti démocratique sénégalais (PDS), le parti d'Abdoulaye Wade, vent-debout contre cette nomination. Mamadou Lamine Diallo, leader du mouvement TEKKI, crie tout haut: "Nous savons tous que le projet politique du président est l'installation de la dynastie Faye-Sall" (patronymes du couple présidentiel). Du côté de Malick Gackou, président du Grand Parti (GP), même son de cloche : "Avec cette nomination, le Sénégal a touché le fond. C'est une déclaration de guerre contre les intérêts vitaux du Sénégal".
 
Aliou1 175f2
 
Du côté du pouvoir, El Hadj Hamidou Kassé, ministre-conseiller auprès du président en charge de la Communication, indique que "c'est une prérogative constitutionnelle du chef de l'État de nommer les personnes de son choix à tous les emplois publics civils ou militaires". Sur le plan légal, la nomination est donc inattaquable. Réponse de l'opposant Babacar Gaye du PDS : "Ce n'est pas un problème de légalité, le chef de l'État nomme qui il veut, mais un problème éthique. C'est d'autant plus choquant que, lorsqu'il y a eu une controverse autour de la candidature d'Aliou Sall aux législatives, Macky Sall avait déclaré que jamais il ne signerait de décret de nomination pour son frère".
 
Qui est Aliou Sall?
L'intéressé, lui, est pour le moment avare de déclarations. Pourtant, à 48 ans, Aliou Sall a derrière lui un long passé de militantisme politique qui date depuis ses années au lycée. Militant pendant plusieurs années du parti sénégalais de gauche Parti Africain pour la Démocratie et le Socialisme (AJ/PADS), il est sorti diplômé du Centre d'Etudes des Sciences et Techniques de l'Information de Dakar (CESTI) pour être journaliste. Auparavant, il avait atteri au département de géographie de l'université Cheikh Anta Diop de Dakar. C'est ainsi qu'il va acquérir de l'expérience dans le journalisme.
 
Cependant, happé par la politique et marqué par les idées révolutionnaires, le nouveau journaliste, Aliou Sall, est trop partisan, aux yeux de la presse classique. Personne ne le veut réellement dans sa rédaction, ce qui lui vaut des misères économiques. Mais, à la faveur de l'arrivée au pouvoir d'Abdoulaye Wade en 2000, étant le rédacteur en chef du journal d'opposition SOPI, il intégrera et occupera plusieurs de postes dans la sphère étatique, avant de s'envoler pour la Chine, après des études à l'Ena de Paris, comme conseiller à l'ambassade du Sénégal à Pékin. Un voyage diplomatique au goût d'un rêve initiatique pour ce maoïste qui s'est toute sa vie, battu pour les idées de gauche.
 
A la faveur de ces années d'études académiques, il est titulaire d'un Master en Gestion des Projets de développement au Centre d'études financières, économiques et bancaires (CEFEB), en France. À l'ENA, en France, il a obtenu brillamment le grade de master d'Administration publique.
 
Aliou 9441b
 
130 milliards de francs CFA en 2016
La CDC se substitue au Trésor public sénégalais dans la réception et la gestion des dépôts et consignations des organismes et des particuliers, ainsi que la garde des fonds disponibles de la Caisse nationale d'épargne (CNE). De plus, pour lui permettre de contribuer de manière plus significative à l'effort de financement de l'économie, le législateur l'a habilitée à gérer notamment des fonds de retraites ou d'assurances, notamment le Fonds national de retraites, des dépôts de garantie constitués par les usagers auprès des grands concessionnaires de service public.
 
Elle est également mandatée par l'Etat pour recevoir, dans des conditions de sécurité absolue, les dépôts d'un certain nombre d'officiers ministériels et d'auxiliaires de justice. En 2016, la CDC affichait un bilan de 130 milliards de francs CFA. En sus, de par sa nouvelle fonction de directeur général de la CDC, Aliou Sall devient de fait l'administrateur de l'agence de développement municipal (ADM) et du programme national de développement local (PNDL). Deux structures qui "pèsent" annuellement 100 milliards de francs CFA.
 
Autrement dit, l'ancien journaliste devenu homme d'affaires et homme politique se voit confier les pleins pouvoirs sur l'aspect décentralisation de l'État, à l'orée de la présidentielle de février 2019. Voilà, donc, l'ampleur de la tâche désormais dévolue au controversé Aliou Sall.