Les Algériens boycottent la banane

Les internautes appellent au boycott de la banane à cause de la hausse excessive et subite de son prix. Une campagne qui semble apporter ses fruits.

Face au prix exorbitant de la banane, les Algériens ont décidé de boycotter ce fruit en lançant une campagne sur les réseaux sociaux sous le thème de « Khellih Yet'pourra » laisses le pourrir : c'est le consommateur qui fixe le prix, pas la Mafia ! Cette campagne s'est accompagnée par la mise en circulation d'images de bananes noircies dans les caisses sur les étals, que personne ne semble vouloir acheter.

alg boycott bananes f74bc

Pourquoi cet acharnement sur les bananes alors que c'est le fruit le plus convoité en Algérie, surtout par les enfants ? Le fruit fait désormais partie des produits qui ne sont plus importés par l'Etat, par souci d'économie. Ces dernières semaines, il a atteint des prix exorbitants, qui oscillent entre 600 et 650 DA (5.1 euros) le kilogramme dans les commerces. Son coût est brusquement passé de 100 à 650 DA le kilo, ce qui correspond à une hausse de 600 %. Un facebooker a même publié ce statut en comparaison avec la France : « Jusqu'à 650d/kg la banane en Algérie pour un smicard c'est 3.25% de son salaire ; alors qu'en France, 3.25% du smic c'est 39 euros ».

D'autres statuts sur Facebook appellent également au boycott : « Boycottez; les prix finiront par baisser ! » ou bien « on ne va pas mourir de faim les amis juste il faut être solidaire » ou encore « j'ai dit basta, mon ventre c'est moi qui le commande et pas lui ».

Cette augmentation intervient juste après l'adoption de la nouvelle loi de finances dans le pays. Entrée en vigueur le 1er janvier, celle-ci prévoit notamment une hausse de la TVA de 17 à 19%.

La rareté de la banane a donné place aux spéculations et l'a condamnée à la contrebande aux ports et aux frontières ! Début décembre, quelques 51 conteneurs chargés de bananes ont été saisis par la douane au port d'Oran. Et la semaine dernière, la gendarmerie a saisi une importante